mardi 23 mai 2017

Cette obscure clarté - Estelle Laure







 Titre : Cette obscure clarté 
Auteur : Estelle Laure
Nombre de pages : 312

Résumé : 



Mon père est à l’asile. Ma mère a pris des vacances à durée indéterminée. Si on apprend qu’elle nous a laissées seules, Wren et moi, on va nous séparer.

Après le lycée, il reste le frigo à remplir, les factures à payer, la maison qui tombe en ruines, nos voisins à gérer… Heureusement, deux personnes connaissent notre secret : ma meilleure amie Eden, et Digby, son frère jumeau merveilleusement parfait – et parfaitement casé.

Certains jours, j’ai l’impression que je ne vais pas y arriver. Alors quand, en rentrant du boulot, je trouve le frigo qui déborde ou des muffins encore fumants au pied de l’escalier, je ne peux m’empêcher de me demander : est-ce qu’on cherche à nous empoisonner ? Ou bien, même au cœur des ténèbres, est-ce que l’espoir ne pourrait pas briller ?


 ✨





Alors, Cette obscure clarté est un roman dont je pense gardé une impression mitigée. Il y a plusieurs points qui selon moi auraient pu être mieux exploité et m'ont du coup un peu gênée.
Tout d'abord, commençons par les bonnes choses (quand même) ! 😌 Premièrement, Lucille, est pour moi le point fort du roman. J'ai admiré son personnage, sa volonté de s'en sortir et cette force. Elle a ses petits défauts, je ne peux pas dire qu'elle m'ait plu totalement du début à la fin, par moments, j'avais un peu de mal, elle m'énervait de temps en temps. Mais en même temps, ses sentiments, qui m'ont parfois exaspéré, rendent l'histoire et le personnage d'autant plus réaliste. Elle a mon âge donc forcément je m'identifie à elle, et ça m'a fait réfléchir sur tout ça. Le fait que Lucille et Wren doivent se débrouiller toutes seules, sans parents est intéressant, et apporte une certaine réflexion sur ce type de vie et nous montre que les parents ça lâche aussi, ce n'est pas parfait, dans ce cas-là, ils ne le sont vraiment pas, c'est même un peu l'inverse. (J'avais envie de les retrouver pour les secouer un bon coup).

 Je n'ai d'ailleurs pas bien compris la mère de Lucille et si j'étais Lucille, je ne serais pas prête à accepter son retour comme ça si jamais elle comptait revenir. Ce point de l'histoire est quand même resté assez flou, c’est dommage. J'aurais voulu la voir au moins une fois, comprendre où elle était passé, avoir plus de compassion pour elle, cerner le personnage quoi, comme en ce qui concerne leur père. Enfin, j'ai quand même bien aimé l'intrigue, suivre Lucille dans son adaptation à comment surmonter, faire face au problèmes. 
Le personnage de Digby n'est pas mal non plus, sauf qu'il n'est pas non plus assez développé selon moi. J'ai eu du mal à bien m'attacher au personnage même s'il reste très agréable. De même, sa relation avec Lucille aurait pu être un peu plus approfondi, plus complexe.  
Ensuite, il y a Eden. Je ne sais pas trop pourquoi, mais je ne l'ai pas du tout apprécié. Mis à part ses citations et autres, elle ne m'a pas fait une très bonne impression. Je n'ai pas du tout su m'attacher à elle. 
Pour finir, parlons de la fin. Plus j'approchais, plus je m'interrogeais sur ce que ça allait donner car je n'avais vraiment pas l'impression d'être à la fin. Pourtant, il restait très peu de pages. Et mon impression s'est confirmé. Je l'ai trouvé expédié, un peu trop facile et rapide. J'aurais voulu qu'on s'attarde plus, sur ce qui allait se passer sur le long terme pour les filles, leurs parents. Et pareil, pour le point final de la relation avec Digby qui a été trop vite bouclée, selon moi.
 


En résumé, j'ai mis beaucoup de conditionnel dans cette critique avec des "J'aurais aimé" "ça aurait pu". J'ai vraiment l'impression d'avoir énormément critiqué ce roman, c'est affreux, pourtant il n'est pas mauvais. Il reste agréable, sur le moment, il se lit facilement et est intéressant. Maintenant , il m'a manqué plusieurs choses dans l'histoire pour en faire un meilleur livre plus marquant, profond et attachant.



6.5 /10






   Extrait : 


- « Quel homme serait assez lâche pour ne pas préférer tomber une bonne fois plutôt que chanceler pour l'éternité ? » La plupart des gens passent leur vie à trébucher. Ils ne s'autorisent jamais à tomber, à prendre de risque. Ils se contentent de suivre la voie qu'on leur a tracée. Ils ne cherchent pas  trouver leur vérité, parce que ça impliquerait un courage que la plupart des gens ne possèdent pas.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire